SCANDALE DANS UN ABATTOIR FRANCAIS

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

provenance: 20minute.fr

Auteur: Elodie LESTRADE, article paru le 07/09/2009

Le 28 août, l’association de défense pour les animaux L214 mettait en ligne la vidéo (attention: les images peuvent choquer) particulièrement glauque, d’un abattoir de Metz, filmé clandestinement. On y voit notamment des vaches qui, après avoir été abattues, bougent encore.

Estimant que ces images colportent une «désinformation inacceptable», le groupe Charal a demandé à plusieurs sites Internet de retirer la vidéo de leurs pages, invoquant la LCEN (Loi pour la confiance dans l’économie numérique). Dans un communiqué diffusé sur son site Web, Charal «s’indigne contre les accusations de maltraitance envers les animaux» dont la société fait l’objet et affirme «haut et fort» que, sur les «images tournées clandestinement par L214, les animaux suspendus sont en phase de mort cérébrale, inconscients, et ne souffrent pas».

Trois éléments soulignés par L214

L’association de défense des animaux maintient cependant sa version des faits. Interrogée par 20minutes.fr, Brigitte Gothière explique que ces images révèlent trois éléments en désaccord avec les règles d’abattage. En premier lieu, «la saignée doit être effectuée immédiatement après l’étourdissement de l’animal». Or sur la vidéo, «le saigneur a jusqu’à 4 bovins de retard». La réglementation stipule également que l’animal doit être «immobilisé jusqu’à la fin de la saignée», ce qui n’est pas le cas dans les premières images de la vidéo.

Enfin, Brigitte Gothière s’arrête sur le «mouvement des animaux suspendus». «Selon Charal, il s’agit d’un mouvement nerveux, agonique. Mais pour nous, le fait que les animaux essayent de relever la tête est certainement le signe qu’ils sont conscients». Ayant visité de nombreux abattoirs, elle assure n’avoir jamais constaté de tels mouvement.

Du côté de Charal, le service de communication était injoignable ce lundi soir. Mais dans son communiqué, l’entreprise juge que son image et sa notoriété sont «utilisées par L214 pour choquer en vue de mener un combat dont l’objectif déclaré est de prôner l’abolition de la consommation de viande en France».

Elodie Lestrade
En réponse à l’interdiction et à la pression de la Firme auprès des hébergeurs, suite à la  diffusion de cette Video Choc, il nous semble important et citoyen de poster cet excellent article de David CHAUVET paru sur Agoravox.fr:

Scandale Charal : Tués pour rien

Les images tournées en caméra cachée par l’association de défense animale L214 dans les abattoirs de l’entreprise Charal ont provoqué un vif émoi sur internet. Et pour cause, elle sont insupportables, pour quiconque ayant un minimum de sensibilité.

Dures à regarder, « brutales » selon le représentant de Charal, on imagine combien elles peuvent être dures à vivre pour les animaux. Eux, ne peuvent détourner le regard. Nous si, et du reste Charal voudrait bien qu’on regarde ailleurs : ses avocats ont exigé le “retrait d’internet” de ces images embarrassantes.
Les responsables de Charal avaient pourtant fait mine d’assumer ces images, dans une réponse publiée sur Lepost.fr, tout en regrettant qu’elles sortent de l’enceinte de leurs abattoirs : cela risquerait d’effrayer les enfants.

L’entreprise, qui promettait il y a quelque temps de « faire disparaître les végétariens » dans ses spots publicitaires, craindrait-elle de fusiller sa future clientèle ? De telles images ne sont pas pour servir sa stratégie de conquête du consommateur, annoncée explicitement par ses publicitaires en avril 2006 dans l’émission Capital (M6) : « Il y a deux choses : une crise de la vache folle, toujours inconsciemment dans les esprits, et la deuxième, une mode nutritionnelle anti-carnée. C’est vraiment contre ça qu’il fallait agir. » (Gilles Masson - Président M&C Saatchi.Gad). Agir contre une prise de conscience en faveur des animaux, telle est l’inévitable mission d’un lobby qui ne peut exister sans leur infliger des actes de violence.

Aussi l’entreprise tente-t-elle de relativiser : « Dans les fermes, quand on abattait des animaux, ça se passait beaucoup moins bien que ça » avance son représentant. Certes, il y a toujours pire que ce qu’on croit être le pire, et sans doute la vision d’horreur sortie des abattoirs de Charal pourrait-elle être surpassée par d’autres. Cela justifie-t-il pour autant les traitements qui leur sont infligés ? Qui aimerait se retrouver à leur place, lorsque la lame leur tranche la gorge ? Ils ne souffrent pas, nous assure-t-on (ce que L214 conteste). Quand bien même, serait-ce acceptable ? Qui voudrait être « tué humainement » ? C’est la question à se poser, quand on sait que la consommation de leur chair n’est absolument pas nécessaire à une bonne santé. C’est à présent de notoriété publique, même si quelques retardataires feignent de l’ignorer.

Au passage, pour qui serait tenté de ressortir le sempiternel « les animaux n’ont pas de conscience », argument censé justifier qu’on les tue, rappelons que l’objet du litige entre L214 et Charal est précisément de savoir si les animaux sont encore conscients au moment de la saignée.

Alors ? Quel argument Charal (ou tout autre viandiste idéologique) va-t-il bien pouvoir avancer désormais ? Le plaisir ? qui est aussi la motivation du violeur, insouciant des souffrances de sa victime ? Ou arguera-t-on que « cela s’est toujours fait » ? L’esclavage aussi existe depuis toujours. On a fini par l’abolir, s’agissant des humains. Pas celui des animaux. Chaque jour est pour eux un calvaire, que nous leur faisons endurer sans même nous en apercevoir. Les abattoirs sont loin de nos assiettes.

Les images de L214 sont à cet égard salutaires, car elles permettent à chacun de mesurer sa responsabilité. Oui, Charal fait beaucoup de mal aux animaux. Mais il ne le fait pas seul. Et il le fera tant que chacun lui achètera sa part du massacre. Nous n’avons pas besoin de viande pour vivre. Mis à part le plaisir que nous tirons de l’ingestion de leur cadavre, et le profit de ceux qui nous le vendent, ces pauvres bêtes sont tuées pour rien.

David Chauvet
Membre fondateur de Droits des Animaux

Sources & liens :

L214

http://www.l214.com/video/charal

Article du Nouvel Obs - “retrait d’internet”

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20090902.OBS9727/charal_poursuivi_pour_cruaute_envers_les_animaux.html

Suite de publications sur Lepost.fr

http://www.lepost.fr/recherche/resultat.html?tri=date&query=charal&x=0&y=0

Emission de Capital sur la communication de Charal :

http://www.youtube.com/watch?v=dwBVUScX5RQ

Les produits d’origine animale, comme la viande ou le lait, ne sont pas nécessaires à une bonne santé :

http://www.vegetarisme.fr/Articles/PositionAAD.pdf

Droits des Animaux
www.droitsdesanimaux.net

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.